La phytothérapie

Se soigner par les plantes

L’emploi des plantes dans un dessein thérapeutique remonte à la plus haute antiquité et concerne un grand nombre de civilisations. Des écrits chinois sur ce sujet datent de plusieurs millénaires. D’autres proviennent de la Grèce antique (rédigés par exemple par Hippocrate ou Dioscoride), du Moyen Âge arabe (textes d’Avicenne, essentiellement) ou du Moyen Âge occidental (textes de l’école de médecine de Salerne, en Italie).

Au début du XXe siècle, la phytothérapie est plus ou moins oubliée, concurrencée par l’efficacité des médicaments, dont beaucoup sont d’ailleurs fabriqués à partir de plantes. Elle réapparaît en même temps que se développent l’acupuncture et l’homéopathie.

La phytothérapie désigne l’usage que l’on peut faire des plantes sous différentes formes ( infusions, décoctions, cataplasmes, macérations etc…) dans un but thérapeutique préventif ou curatif.

Selon la partie de la plante utilisée (tige, feuille, fleur, racine…), la phytothérapie offre des effets différents.

Il est important de bien connaître les plantes et de savoir dans quel milieu – environnement, saison, etc… les récolter pour optimiser leur utilisation lors des soins.

On a tendance à distinguer :

  • Les plantes aromatiques et « alimentaires » : on y trouve des légumes et des plantes dont on se sert en infusion et que l’on utilise au quotidien, sans raison particulière, autre que se nourrir ou – dans le cas de certaines épices – donner du goût à nos plats, même si ces plantes ont toutefois des vertus thérapeutiques.
  • Les plantes médicinales : elles ont, quant à elles, des propriétés thérapeutiques et renferment un ou plusieurs principes actifs qui leur permettent de prévenir ou de guérir des maladies.

Certaines plantes étant toxiques et présentant des contre-indications, il vaudra mieux s’adresser à un herboriste pour acheter vos plantes si vous n’avez pas la connaissance suffisante.